Traverse

Performance
2018

Le jardin est un espace que je trouve très intéressant de par sa double identité. Espace privé qui appartient à son propriétaire, il présente aussi certaines caractéristiques d’un lieu public puisqu’il offre une visibilité sur la vie privée.

Contrairement à une habitation, lorsque l’on est dans notre jardin, nous pouvons être vus ou entendus par des voisins ou des passants qui deviennent alors témoins ou voyeurs de notre vie intime. Je me suis intéressée aux différentes clôtures plus ou moins couvrantes qui permettent de délimiter le jardin. L’installation est un enclos composé de clôtures, mur et poteaux de portails qui contraignent plus ou moins la visibilité de l’intérieur. La forme de cet enclos est celle du jardin de ma maison d’enfance, vue depuis un plan satellite réduite à l’échelle. Sur trois pans de cet enclos sont collées des affiches. Il s’agit de photo de famille sur lesquelles on me voit enfant dans mon jardin, donc mon espace privé. Sur ces photos, à la manière de slogans, sont inscrites des phrases issus de souvenirs. Ces affiches sont inspirées des panneaux publicitaires que certains particuliers ont sur la façade de leur maison ou dans leur jardin. Selon moi, ces panneaux publicitaires contribuent à l’ambiguïté de la nature du lieu qu’est le jardin : à la fois privé mais aussi public : puisque comme il s’agit de publicité les panneaux sont censés être visibles par tous. A l’intérieur de mon installation, j’ai fait une performance, reprenant une action très simple, un véritable souvenir d’enfance : jouer au ballon. Le spectateur est invité à tourner autour de mon installation et me regarder jouer à travers les différentes clôtures, comme un passant pourrait voir une personne dans son jardin depuis la rue.